Contexte du Forum International Francophone

La majorité des pays de l’espace francophone ont en commun l’héritage colonial et ses vestiges dont la langue française. La plupart de leurs textes juridiques sont issus de ceux de leurs anciens colonisateurs et comportent les mêmes dispositions discriminatoires à l’égard des femmes, des jeunes femmes, des filles et des personnes LGBTIQ. Leurs populations vivent des réalités très similaires : le sous-développement, la pauvreté, les formes d’organisations, et les relations interhumaines. Le patriarcat y est prédominant et se traduit par des rapports de force inégaux entre hommes et femmes, les adultes et les jeunes qui ont abouti à la domination et à la discrimination exercées par les premiers et freiné la promotion des secondes.

Les conditions de vie des femmes, des jeunes femmes et des filles sont en général très difficiles surtout pour celles vivant en milieu rural, et dans les bidonvilles des banlieues. Et comme partout ailleurs dans le monde, elles font face à de multiples problèmes liés à leur genre.

Les organisations et réseaux de femmes et de jeunes femmes francophones qui essaient d’aborder ces questions ont des problèmes très similaires en termes de capacité, de modèles et pratiques organisationnelles. Elles sont en général de petite taille en termes de capacité organisationnelle, d’intervention et d’accès au financement. La plupart des financements limités disponibles sont pour des projets et ne sont pas axés sur la construction de mouvements. Les efforts pour renforcer le mouvement font donc face à de nombreux défis, notamment la difficulté d’accès au financement et les conflits internes entre les activistes.