Avancer/Reculer : repenser l’octroi de subventions non concurrentielles dans un cadre de collaboration communautaire

En juin 2021, le Fonds Égalité s’est lancé dans une démarche visant à repenser les modèles traditionnels d’octroi de subventions concurrentielles. Cette démarche était motivée par la conception d’un nouveau programme de financement, Activer, qui achemine des ressources vers les fonds féministes, en soutenant leurs capacités à transférer des fonds vers leurs propres réseaux de partenaires. 

En juin 2021, le Fonds Égalité s’est lancé dans une démarche visant à repenser les modèles traditionnels d’octroi de subventions concurrentielles. Cette démarche était motivée par la conception d’un nouveau programme de financement, Activer, qui achemine des ressources vers les fonds féministes, en soutenant leurs capacités à transférer des fonds vers leurs propres réseaux de partenaires. 

À titre de fonds féministe, le Fonds Égalité est fier de faire partie de ce milieu diversifié. Nous sommes tous de tailles diverses et avons des parcours multiples; nous travaillons dans différentes zones géographiques, à de multiples niveaux; et nous nous organisons collectivement dans plusieurs configurations et réseaux, notamment Prospera – International Network of Women’s Funds. Pour la conception du programme Activer, au lieu de reproduire les anciens modèles d’octroi de subventions reposant sur la rareté et la concurrence, nous avons travaillé avec cette communauté dynamique de consœurs à la création conjointe d’une nouvelle démarche. Ensemble, nous avons décidé d’élaborer un modèle d’octroi de subventions sans mise en concurrence, qui repose sur des valeurs féministes de collaboration, de solidarité et de communauté. Nous avons baptisé ce modèle Avancer/Reculer

Au cours de ce processus, les fonds féministes ont réussi à prendre en compte les besoins en ressources et les priorités de leur milieu lorsqu’est venu le temps de décider s’ils demandaient un financement ou s’ils demeuraient plutôt en retrait pour attendre les prochains cycles. Au bout du compte, 23 fonds sont allés de l’avant et ont reçu au total 14 M$ CAN en subventions pluriannuelles flexibles, tandis que près de 50 % des fonds admissibles ont décidé de se retirer. 

Le présent rapport met en lumière les enseignements tirés de cette démarche. Il fait état du processus de création conjointe du modèle Avancer/Reculer, des expériences des fonds qui se sont prêtés à l’exercice et de certains points de tension qui sont apparus au cours du processus.

Cette démarche nous a permis de dégager certaines leçons importantes :   

  • Les décisions de financement peuvent se prendre de façon différente : Près de la moitié des fonds admissibles ont décidé de ne pas demander de financement, après avoir évalué leur position dans le contexte des besoins en ressources et des priorités de la communauté dans son ensemble.
  • Il est essentiel de s’appuyer sur les réseaux existants pour instaurer la confiance et la collaboration : Le modèle Avancer/Reculer a été rendu possible grâce à des années de travail de renforcement de l’esprit communautaire réalisé par Prospera – International Network of Women’s Funds et d’autres membres de l’écosystème du financement féministe.
  • Il est essentiel de travailler avec une interlocutrice ou un interlocuteur de confiance pour réussir : Nous avons grandement bénéficié de la présence d’une responsable de programme qui était connue et respectée du milieu des fonds féministes. L’idée pour les fonds de se retirer volontairement d’un financement n’aurait pas été accueillie avec autant d’ouverture sans les liens profonds de cette personne avec le milieu et sa crédibilité au sein de celui-ci.
  • L’adhésion est un processus et un résultat : La mobilisation du milieu des fonds féministes dès le début et tout au long du processus participatif a renforcé la solidarité entre les fonds.
  • Le pouvoir collectif dans la prise de décision aboutit à des résultats qui sont représentatifs de la diversité du milieu : L’adoption d’une démarche collective pour décider des priorités de financement a permis à des fonds diversifiés de recevoir des ressources, dont 10 fonds nationaux et sept fonds créés il y a moins de cinq ans. 
  • Il est essentiel de repousser les limites des paramètres actuels du financement : Notre milieu continue de plaider en faveur d’un financement public qui tienne compte de modèles d’octroi de subventions participatif et réponde mieux aux besoins et aux réalités des mouvements féministes à l’échelle mondiale. 
  • Les définitions traditionnelles du risque constituent des obstacles au financement féministe : Pour pouvoir financer de manière solide les mouvements féministes nouveaux ou manquant de ressources qui œuvrent dans des contextes sociopolitiques marqués par des restrictions à la liberté, nous devons élargir les cadres d’analyse des risques et nous concentrer sur la compréhension du risque lié au fait de ne pas pouvoir financer les agents de changement féministes clés.

lire le rapport complet ici

PArtager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email