AFPT3-min

Accès aux droits économiques aux femmes vivant avec le VIH/SIDA en milieu rural

Le projet « Accès aux droits économiques aux femmes vivant avec le VIH/SIDA en milieu rural » est mis en oeuvre par l’Association Femme Plus Togo (AFPT) avec l’accompagnement du Fonds XOESE. Ce projet a pour objectifs de vulgariser le nouveau Code des personnes et de la famille dans les 16 cantons de la préfecture de Zio, dans la Région maritime au Sud du Togo; et de mettre fin aux violences économiques et abus à l’égard des femmes et filles par les actions de promotion et de valorisation de leurs droits économique, par les femmes elles-mêmes dans leurs environnements social, économique et culturel. Il cible spécifiquement les femmes et filles vivant avec le VIH/ SIDA qui sont toujours marginalisées.

A ce jour, les activités du projet ont permis de mobiliser et de sensibiliser environ 1050 femmes rurales sur leurs droits économiques. La plupart d’entre elles ignoraient complètement qu’elles avaient le droit d’exploiter les terres agricoles acquises par voie d’héritage à des fins commerciales au même titre que les hommes. En conséquence, elles se faisaient exploiter par les hommes de leurs propres familles. L’activité a eu un tel retentissement dans la localité que l’Association est très sollicitée par les femmes bénéficiaires pour renforcer leurs compétences sur la gestion efficiente de leurs activités génératrices de revenus et les techniques de conservation et de commercialisation de leurs produits.

Avant cette sensibilisation, les femmes et filles vivant avec le VIH/SIDA dans ces localités avaient peur de demander des petits crédits auprès des institutions de micro-finance, mais maintenant elles ont commencé à en faire la demande pour renforcer leurs activités génératrices de revenus : à cette date le CAJEF (Conseil africain des jeunes entrepreneurs francophones) a reçu plus de 50 dossiers de groupes solidaires de trois (3) personnes soit 150 femmes et filles vivant avec le VIH/SIDA.

En outre, l’exécution de ce projet a renforcé les liens de collaboration entre l’Association FPT et d’autres organisations locales de femmes tells que: l’association des femmes battantes d’Apéssito, le club des mères, les regroupements des femmes revendeuses, le Mouvement des Droits des  femmes et filles vivant avec le VIH/SIDA et les Comités Cantonaux de Développement. L’implication des hommes surtout les présidents de développement cantonal lors de leurs sensibilisations a permis de provoquer un changement de comportement positif auprès des hommes qui refusaient à leurs femmes de mener les activités génératrices de revenus: ils les encouragent désormais à démarrer leurs propres activités ce qui permet d’améliorer les revenus de la famille.

PArtager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu