Un forage d’eau pour les femmes du Mouala

Partager

Facebook
Twitter
LinkedIn

Construction d’un point d’eau par le Centre d’Echanges et de Ressources pour la Promotion des Actions Communautaires (CERPAC) pour les femmes autochtones du quartier Mouala dans le district de Komono.

En République du Congo, dans le district de Komono, l’éloignement des points d’eau constitue une corvée de plus s’ajoutant à la longue liste des travaux faits par les femmes rurales et autochtones. La collecte de l’eau est une charge de travail quotidienne dont leur famille a besoin pour  l’assainissement, l’hygiène, la cuisine et donc pour survivre. Elles doivent donc parcourir de longues distances à pied pour trouver de l’eau ou parfois payer des sommes exorbitantes pour l’obtenir.  Elles sont souvent confrontées à de multiples obstacles : parfois chassées, voire brutalisées lorsqu’on les surprend en train d’utiliser les points d’eau censés être communs à tous. En effet, les ethnies Tékés et Ombambas, majoritaires dans le district, considèrent les autochtones comme un peuple inférieur. Leurs « anciens esclaves » n’auraient pas le droit de s’abreuver aux mêmes sources que leurs « anciens maitres ».

Et c’est ainsi que des cas de violence à l’égard des autochtones ont été enregistrés autour des points d’eau. Cette situation oblige les femmes autochtones à faire recours aux sources d’eau non aménagées qui  exposent les ménages aux maladies hydriques.

Le Centre d’Echanges et de Ressources pour la Promotion des Actions Communautaires (CERPAC) ayant remarqué cette discrimination à laquelle les femmes autochtones du quartier Mouala dans le district de Komono font face a initié le projet intitulé « Un forage d’eau pour des femmes autochtones du quartier Mouala ». Le projet a été soumis à l’appel à proposition lancé par XOESE en 2021 et a été financé à hauteur de 7 871 USD.

Grâce à ce projet, les femmes autochtones du quartier Mouala dans le district de Komono ont pu avoir accès à une eau potable de qualité à proximité de leur domicile. Ceci a réduit sensiblement le taux des maladies hydriques dans cette communauté, a allégé la lourde charge de travail ménager et a diminué considérablement les violences physiques faites aux femmes autochtones sur les points d’eau communs. Et par conséquent, elles ont plus de temps pour  s’occuper de leur famille, travailler au champ et exercer d’autres formes d’activités.